Qu’est-ce qu’une huile essentielle, comment est-elle produite ?

Plusieurs flacons d'huiles essentielles à base de fleurs.

Les plantes aromatiques ont une particularité bien spéciale, leurs organes possèdent de minuscules réceptacles dans lesquels sont secrétées et stockées des substances fluides, très fortes en odeur et en saveur. 

 Ces substances fluides ont un rôle qui est de défendre la plante contre les attaques de micro-organismes, de parasites ou de prédateurs. Les molécules légères et volatiles se diffusent dans l’air sous l’action du soleil et la plante les utilise pour « communiquer » à distance mais aussi pour attirer les insectes pollinisateurs. Ces substances sont extraites des plantes aromatiques et leur utilisation a déjà fait ses preuves depuis de multiples décennies.


L’appellation « huile essentielle » est reconnue depuis 1972.

Contrairement à ce que l’on pense, l’huile essentielle n’est pas un corps gras. Mettez une goutte sur un papier absorbant et la goutte s’évaporera sans laisser de trace ! Mais que contient donc cette fameuse huile essentielle ? Lorsqu’elle est analysée, l’huile essentielle révèle des composés complexes appartenant à des familles chimiques aux effets très puissants comme : phénols, cétones, aldéhydes, mono –et sesquiterpènes, coumarines etc… Une huile essentielle 100% naturelle peut recéler jusqu’à 250 molécules !


Leur synergies peut être à l’origine de propriétés très diverses : assainissantes, relaxantes, digestives, tonifiantes etc… Mais bien sûr certaines peuvent avoir des effets indésirables comme des irritations de la peau, une toxicité pour le foie ou un effet sur le système nerveux d’où la récessivité d’une grande prudence.


Chaque huile essentielle possède une composition chimique spécifique. L’analyse par chromographie (méthode physico-chimique qui sert à séparer les différentes substances présentes dans un mélange) en phase gazeuse permet d’établir son « profil » d’identification. Mais cela ne s’arrête pas là car une même espèce de plante peut donner des huiles essentielles très différentes selon, par exemple, les caractéristiques du terroir où la plante a poussé, tout dépend du climat, de l’ensoleillement, de l’altitude etc.


Ainsi la composition et les propriétés de l’huile essentielle changent d’où l’importance de controler le « profil » chimique et, dans certains cas, d’indiquer le composant majeur responsable de l’effet le plus signification, c’est que l’on appelle le « chémotype ». Exemple : l’huile essentielle de Thym vulgaire « à thymol ».


Bouteille d'huille essentielle a base  de fruits.


Qu’est-ce qu’une huile essentielle 100% pure et naturelle ?

La meilleure qualité d’huile essentielle est obtenue sans aucun solvant, par le procédé de la distillation à la vapeur d’eau. Cela se passe comme suit : la vapeur traverse la cuve contenant la plante et se charge de leurs molécules aromatiques. Refroidie dans le serpentin, la vapeur se condense, l’huile essentielle se sépare de l’eau pour être recueillie dans l’essencier. Réalisée à faible pression la distillation lente et prolongée, ou distillation intégrale, permet d’extraire la totalité des composants aromatiques.


Il faut savoir que pour obtenir un litre d’huile essentielle, il faut en moyenne 35 kg de plantes et encore plus dans le cas de lavande fine qui, elle, demande 150 kg pour un litre d’huile essentielle ! Comme vous l’aurez deviné, la qualité de la plante aromatique est primordiale c’est pourquoi les plantes distillées doivent provenir en priorité de l’agriculture biologique. 

Le cahier des charges des producteurs spécialisés exclut tout emploi d’herbicide ou d’insecticide de synthèse évitant ainsi toute trace de polluant. Le label « huile essentielle bio » est donc à privilégier car le contrôle est assuré par un organisme de certification indépendant !
Partager sur Google Plus